Petit questionnaire livresque de A Ă  Z

pixiz-25-02-2017-12-52-24

A pour Auteur, l’auteur dont tu as lu le plus de livres :

Lemony Snicket, l’auteur des « DĂ©sastreuses aventures des orphelins Baudelaire ». Pour moi, c’est l’auteur qu’il faut lire au moins une fois. Avec cette saga, il arrive Ă  nous vibrer dans le bon sens du terme quand il va arriver un malheur aux enfants Baudelaire.

B pour Best, la meilleure suite de série :

Encore une fois, « Les dĂ©sastreuses aventures des orphelins Baudelaire » sans hĂ©siter mĂȘme si « Cinquante nauances de Grey » se dĂ©fend bien Ă  ce niveau lĂ .

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-tome-11-la-grotte-gorgone-2922002

C pour Current, ta lecture en cours :

Je viens tout juste de finir le tome 1 de la saga « Cinquante nuances de Grey », de E.L James, aux Editions Jean-Claude LattĂšs, en format poche. Je l’avais dĂ©jĂ  lu mais j’ai eu envie de le relire pour lire la saga complĂšte pour pouvoir voir le film « Cinquante nuances plus sombres ».

81ilV+Dp9bL.jpg

D pour Drink, la boisson qui accompagne tes lectures :

Hum c’est compliquĂ© de choisir pour moi â˜č .J’aime autant le thĂ© que le cafĂ©. Mais une tasse de cappuccino au caramel avec un bon plaid et un bon livre c’est juste parfait. 😍

a-cup-of-cappuccino-coffee-saucer-grain-biscuits_1024x768

E pour eBooks, eBooks ou roman papier :

Je ne lis que des romans au format papier. La sensation de toucher le papier c’est justement ce qui me plais pour rendre une lecture agrĂ©able. Jamais au grand jamais je ne troquerai mes romans papiers pour un eBooks. 😠

F pour Fictif, un personnage fictif avec lequel tu serais effectivement sortie au lycée :

Sans hĂ©siter encore une fois, Christian GREY. Pas pour son cĂŽtĂ© Ă  vouloir tout contrĂŽler mais pour sa façon d’ĂȘtre envers Anastasia STEEL, en voulant prendre soin d’elle, faire en sorte qu’elle ne manque de rien. Pour moi, c’est la version moderne du conte de fĂ©e. .

G pour Glad, un roman auquel tu es contente d’avoir donnĂ© une chance :

« Sept jours pour une Ă©ternitĂ© », de Marc LĂ©vy. Je l’ai commencĂ© pendant des vacances d’Ă©tĂ© puis n’accrochant pas Ă  l’histoire, je l’ai ranger et en fin d’annĂ©e pendant les fĂȘtes je l’ai repris et je n’ai pas Ă©tĂ© déçue de l’avoir repris.

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-tome-11-la-grotte-gorgone-2922002

H pour Hidden, un roman que tu considÚres comme un joyau caché :

« La morte amoureuse » de Theophile GAUTIER. Je l’ai Ă©tudiĂ© au lycĂ©e quand on parlait de la nouvelle, nous devions en faire une dissertation. Ne connaissant pas cet auteur, Ă  la vue du titre, je me suis dis tiens encore une histoire plan plan qui parle d’amour mais je me suis tromper, j’ai adorĂ© le dĂ©couvrir.

RĂ©sultat de recherche d'images pour "la morte amoureuse"

I pour Important, un moment important dans ta vie de lectrice :

Je pense que la dĂ©couverte du « Journal d’Anne Frank ». Je ne l’avais jamais lu auparavant jusqu’Ă  ce qu’une amie de la famille me donne, en sachant que j’Ă©tais passionnĂ©e par l’histoire elle tenait Ă  ce que je le prenne avant son dĂ©part pour la maison de retraite.

RĂ©sultat de recherche d'images pour "journal anne frank livre poche"

J pour Juste, le roman que tu viens juste de finir :

J’ai fini le premier tome de la saga « Cinquante nuances de Grey » de E L JAMES, en 3 jours. Mais je stoppe la lecture pour Ă©crire cet article.

RĂ©sultat de recherche d'images pour "cinquante nuances de grey livre 1"

K pour Kind, le genre de roman que tu ne liras jamais :

Tout ce qui a un lien de prĂšs ou de loin avec la science-fiction. MĂȘme si on dit de ne jamais dire jamais : anticipation, cyberpunk, steampunk, space opera etc đŸ€ą

L pour Long, le plus long roman que tu aies jamais lu :

La biographie de Mussolini, que l’on m’a offert pour mon anniversaire quand j’Ă©tais en fac d’histoire. Je regrette pas de l’avoir reçu en cadeau en plus d’ĂȘtre passionnĂ©e par la Seconde Guerre mondiale, l’Italie me fait rĂȘver 🇼đŸ‡č.

M pour Major, le roman qui t’a causĂ© le plus gros « book hangover » (trop plein livresque, impossible de lire aprĂšs celui-lĂ ) :

Hmm… « Les dĂ©sastreuses aventures des orphelins Baudelaire »

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire-tome-11-la-grotte-gorgone-2922002

N pour Nombre, le nombre de bibliothĂšques que tu possĂšdes :

Une seule pour le moment ! Mais j’espĂšre bien que le jour oĂč je serai chez moi, prendre une piĂšce uniquement pour en faire un coin cocooning et y ranger mes livres. 📚😈

O pour One, un roman que tu as lu plusieurs fois :

« ArrĂȘte de flĂąner, Cupidon !  » de Lorelei MATHIAS. Ne me demander pas pour qui, pourquoi ?  J’en ai pas la moindre idĂ©e.

Image associée

P pour Préféré, ton endroit préféré pour lire :

Mon lit ! En Ă©tant sur le ventre avec l’oreiller sous le ventre. Mais ce dont je rĂȘve c’est d’un coin cocooning avec des cousins tout doux (en pilou) avec une couverture dans la mĂȘme matiĂšre. (un peu dans ce style lĂ  : photo de Pinterest)

Résultat de recherche d'images pour "lecture devant cheminée couverture pilou"

Q pour Quote, une citation d’un livre que tu as lu, qui t’inspire ou qui t’a fait ressentir plein d’Ă©motions :

« Tu te souviens pourquoi on est tombĂ© amoureux ? Tu te souviens pourquoi c’Ă©tait si fort entre nous ? Parce que j’Ă©tais capable de voir en toi des choses que les autres ignoraient.»

« Je reviens te chercher » de Guillaume MUSSO

R pour Regret, un regret de lecteur :

Aucun regret

S pour Série, une série que tu as commencée mais pas finie (et dont tous les livres sont sortis) :

« Twilight » de Stephanie MEYERS.

J’ai commencĂ© le premier pendant des vacances d’Ă©tĂ© puis on est rentrĂ©, la rentrĂ©e scolaire allait arriver Ă  grand pas et j’ai abandonner.

Résultat de recherche d'images pour "twilight livre français"

T pour Trois, trois livres préférés de tous les temps :

« Un amour sans fin » de Kendra Leigh CASTLE.

« Je reviens te chercher » de Guillaume MUSSO.

« Trois mÚtres au-dessus du ciel » Federicco MOCCIA.

U pour Unapologetic, quelque chose dont tu n’Ă©prouves aucun remords d’ĂȘtre fan :

Rien Ă  voir directement avec les livres mais j’en ai beaucoup concernant cette chose : La seconde guerre mondiale. J’ai dĂ©jĂ  expliquĂ© dans l’onglet ici la raison de cette passion.

V pour Very, un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience, plus que celle des autres :

Étant fan des romans de Guillaume MUSSO, j’attends avec beaucoup d’impatience son dernier roman « Un appartement Ă  Paris ».

W pour Worst, ta pire habitude livresque :

C’est pas bien, je sais mais je ne peux pas m’arrĂȘter de lire en plein milieu d’un chapitre. Si j’en commence un vers 23 heure et que je sens la fatigue arriver, je lutte contre elle pour finir mon chapitre. Sinon je me perds dans ma lecture et j’abandonne le livre.

X pour X, commence Ă  compter en haut Ă  gauche de ton Ă©tagĂšre et prends le 27e livre :

Bon et bien, je tombe sur le tome 2 de la saga « Twilight » de Stephanie MEYERS, qui est « Tentation ». Saga que je n’ai pas encore lu mĂȘme si j’ai commencĂ©, il y a bien longtemps le tome 1 « Fascination ».

les-desastreuses-aventures-des-orphelins-baudelaire,-tome-11---la-grotte-gorgone-2922002.jpg

Y pour Your, ton dernier livre acheté :

« Le Premier Jour » de Marc LEVY. Mais si on jette un Ɠil Ă  la wishlist, il y en a une petite centaine. Le prochain achat est pour la fin mars avec « Un appartement Ă  Paris » de Guillaume MUSSO, qui sort Ă  la fin mars 2017.

Le premier jour

Z pour Zzzzz, le dernier livre qui t’a tenue Ă©veillĂ©e tard dans la nuit :

« Je reviens te chercher » de Guillaume MUSSO. J’adore sa maniĂšre de commencer les chapitres et les intrigues qui savent nous coupĂ©s le souffle et nous empĂȘchĂ©s de stopper notre lecture.

JE REVIENS TE CHERCHER_XO_108*117.indd

Le commandant d’Auschwitz parle – Rudolf HOESS

9782707144997Edition : La découverte

Nombre de pages : 280 pages.

Année de publication : Janvier 2005.

4e de couverture :

Dans sa premiĂšre Ă©dition, en 1959, le ComitĂ© international d’Auschwitz prĂ©sentait ainsi ce livre : Rudolf Hoess a Ă©tĂ© pendu Ă  Auschwitz en exĂ©cution du jugement du 4 avril 1947. C’est au cours de sa dĂ©tention Ă  la prison de Cracovie, et dans l’attente du procĂšs, que l’ancien commandant du camp d’Auschwitz a rĂ©digĂ© cette autobiographie sur le conseil de ses avocats et des personnalitĂ©s polonaises chargĂ©es de l’enquĂȘte sur les crimes de guerre nazis en Pologne. […]  » Conçu dans un but de justification personnelle, mais avec le souci d’attĂ©nuer la responsabilitĂ© de son auteur en colorant le mieux possible son comportement, celui de ses Ă©gaux et des grands chefs SS, ce document projette une lumiĂšre accablante sur la genĂšse et l’Ă©volution de la « Solution finale » et du systĂšme concentrationnaire. Ce « compte rendu sincĂšre » reprĂ©sente l’un des actes d’accusation les plus Ă©crasants qu’il nous ait Ă©tĂ© donnĂ© de connaĂźtre contre le rĂ©gime dont se rĂ©clame l’accusĂ©, et au nom duquel il a sacrifiĂ©, comme ses pairs et supĂ©rieurs, des millions d’ĂȘtres humains en abdiquant sa propre humanitĂ©.  » La prĂ©face de GeneviĂšve Decrop (auteur de l’ouvrage Des camps au gĂ©nocide : la politique de l’impensable, PUG, 1995) replace en perspective ce texte fondamental. Et dans la post-face inĂ©dite Ă  cette Ă©dition de poche, elle montre en quoi les avancĂ©es rĂ©centes de l’historiographie de la Shoah renouvellent la portĂ©e de sa lecture.

Mon avis :

ApprĂ©ciant beaucoup cette pĂ©riode bien qu’elle soit bien triste, j’ai eu beaucoup de mal avec la biographie. Non pas que son ascension au du parti ne soit pas intĂ©ressante mais ces dĂ©buts (enfance et adolescence… bof), le livre ne devient qu’intĂ©ressant quand Hoess connaĂźt sa premiĂšre mutation au camp d’Auschwitz. Plus j’avançais dans ma lecture, plus je dĂ©testais ce personnage. Comment peut-on avoir aucun remords aprĂšs avoir pris la vie Ă  plus 1 million de personnes ? Comment peut-on se dĂ©guiser sans ĂȘtre identifier pour Ă©chapper Ă  une arrestation ? CondamnĂ© Ă  mort, il est exĂ©cutĂ© par pendaison le 16 avril 1947, prĂšs du crĂ©matorium du camp d’Auschwitz I et de la maison qu’il a occupĂ©e avec sa famille durant toutes les annĂ©es oĂč il dirigeait le camp… une mort bien trop douce pour tout ce qu’il a pu commettre…

Citations :

« Les SS Ă©taient les seuls soldats Ă  ĂȘtre jour et nuit, mĂȘme en temps de paix, en contact avec l’ennemi, cet ennemi qu’ils gardaient derriĂšre les fils de fer barbelĂ©s. » Il y a dans cette phrase l’essentiel du programme SS : un endoctrinement forcenĂ© destinĂ© Ă  faire reconnaĂźtre dans tout indĂ©sirable dĂ©signĂ© par le rĂ©gime un ennemi radical, un entraĂźnement implacable Ă  la duretĂ© et Ă  l’insensibilitĂ© Ă  tout sentiment humain de pitiĂ©, Ă©pinglĂ© comme faiblesse. Il s’agissait, comme le disait Hoess, d’abdiquer sa propre personnalitĂ© et de se rĂ©duire Ă  un Ă©tat de soumission absolue aux ordres. »

« La douleur est la seule force qui est crĂ©Ă©e avec rien, sans frais et sans peine. Il suffit de ne pas voir, de ne pas Ă©couter, de ne pas faire. »

Ma note :

Seulement 7/10.

Pars avec lui – AgnĂšs LEDIG

Pars avec luiEditeur : Pocket

Nombre de pages : 352 pages.

Année de publication : Avril 2016

 

Résumé :

Il s’appelle RomĂ©o, elle s’appelle Juliette. Il est pompier bravant tout les dangers mais pas quand le danger lui fait voir la mort de prĂšs en chutant du huitiĂšme Ă©tage d’un immeuble en feu, elle est infirmiĂšre soignant pas seulement les corps abĂźmĂ©s par la vie, elle est attentive et donne sans compter : rien ne les destinait Ă  se rencontrer… jusqu’Ă  l’accident de celui-ci. Ils vont Ă©crire leur histoire, malgrĂ© les cahots dans la vie de chacun. Tous deux blessĂ©s par la vie,  vont se rendre compter que le plus important est oĂč l’on va.

Mon avis :

J’ai reçue ce livre, pour mon anniversaire l’annĂ©e derniĂšre. A l’Ă©poque, je n’avais pas vraiment de temps Ă  consacrer à la lecture, Ă  cause de mes Ă©tudes, donc il est restĂ© pas mal de temps dans la bibliothĂšque quand on sait que l’anniversaire Ă©tait en octobre 2016 et je ne l’ai lu qu’en avril 2017. C’est le premier roman d’AgnĂšs Ledig que je reçois en cadeau et que je lis, et j’ai tout de suite adorĂ©.

Le personnage de Juliette m’a tellement touchĂ©, le malheur dans son bonheur, la rencontre avec RomĂ©o et tous les Ă©lĂ©ments qui se rapportent Ă  lui… C’est juste parfait. Celui de RomĂ©o est tellement prenant, il s’inquiĂšte plus pour sa petite sƓur que pour lui-mĂȘme alors qu’il est dans un lit d’hĂŽpital.

Citations :

Nous sommes la somme de nos choix mais aussi de nos non-choix.Il faut assumer, et les regrets ne changent pas le passĂ©. Par contre ils ternissent le prĂ©sent.(…) Si on ne peut pas revenir en arriĂšre, on peut au moins composer avec le prĂ©sent pour que les instants suivants soient meilleurs.

L’amour sans respect n’est pas l’amour. En prendre conscience et le fuir ne constitue ni un Ă©chec, ni mĂȘme une dĂ©faite, mais une grande trĂšs grande victoire.

C’est tout au fond de soi,
dans l’obscuritĂ© des failles profondes,
que l’on trouve parfois la force
de se battre pour la lumiĂšre.
L’amour sans respect n’est pas l’amour.
En prendre conscience et le fuir ne constitue
ni un Ă©chec ni mĂȘme une dĂ©faite,
mais une grande, une trĂšs grande victoire.

Ma note :

10/10 ❀

L’hĂ©ritier des Castaldini – Olivia GATES

images

Collection : Harlequin

Nombre de pages : 465 pages

Année de parution : Août 2016

Résumé :

 Le roi de Castaldini Ă©tant gravement malade cherche un hĂ©ritier pour le royaume de Castaldini, mais la recherche de cet hĂ©ritier devient rapidement une compĂ©tition entre les trois enfants du roi. Leandro, son premier fils qu’il a envoyĂ© en exil, qui ne reviens Ă  Castaldini juste pour montrer au roi, qu’il n’a pas besoin du pardon de son pĂšre pour ĂȘtre roi. Durante, le second fils du roi, qui collectionne les conquĂȘte, et qui n’hĂ©sitera pas Ă  jouer avec Gabrielle pour obtenir ce qu’il veut. Et la princesse Clarssa, la derniĂšre de la fraterie, qui se voit ĂȘtre soumise Ă  Ferruccio Selvaggio. Qui sera choisi ?

VINCA IL MIGLIORE !

 

Mon avis :

C’est la premiĂšre fois que je lis un roman de Olivia Gates, en toute honnĂȘtetĂ©, j’ai eu un peu de mal a rentrer dans le cƓur de l’histoire. On ne s’attend pas Ă  ĂȘtre plongĂ© dans la sociĂ©tĂ© castaldinienne du XXIe siĂšcle. MalgrĂ© que les personnages soit plus qu’attachant surtout dans la premiĂšre partie avec Leandro et Phoebe, Leandro est un peu tĂȘte Ă  claque mais au fur et Ă  mesure de la premiĂšre partie, on apprend Ă  le connaĂźtre.

Dans la seconde partie, on rencontre deux nouveaux personnages : Durante et Gabrielle. Qui sont sans le savoir bien plus proche, qu’ils pourraient le croire. Mais ce sont les deux personnages avec lesquels j’ai le moins accrochĂ©. Durante est tellement diffĂ©rent de Leandro.

Et pour finir, dans la derniĂšre partie on rencontre encore une fois deux nouveaux personnages, qui sont les attachant des six personnages principaux de l’histoire (Ă  mon goĂ»t Ă©videmment). Dans cette partie, la princesse Clarissa se voit dans l’obligation d’Ă©pouser Ferruccio qui ne la convoite uniquement pour son titre. Arrogant au plus haut point, il m’insupporte.

Dans l’ensemble, c’est une bonne histoire et la fin est trĂšs surprenante.

 

Ma note :

9/10 ❀

Petits secrets et grand mariage – Louise ALLEN

91N2enU+WDL

Editeur : &H

Collection : Harlequin

Nombre de pages : 352 pages

Année de parution : 2013

Résumé :

Ellinor, une jeune anglaise de dix-huit ans rencontre par hasard son cousin, Theo, lord Ravenhurst. Elle est dessinatrice pour les travaux de sa mĂšre mais aussi sa secrĂ©taire, Lui est tout le contraire, vendeur d’objets de valeur, mais aussi coureur de jupons. Mais sa drĂŽlerie et ses airs revĂȘches attire le cousin. Au cours de leur sĂ©jour, ils se voient dans l’obligation de quitter leur hĂŽtes ; pendant leur fuite, il arrive Ă  faire sortir la part de fĂ©minitĂ© de sa cousine, qui la cachait jusque lĂ  sous d’anciennes robes de sa mĂšre qu’elle reprenait.

 

Mon avis :

C’est la premiĂšre fois que je lis un roman de Louise Allen, en toute honnĂȘtetĂ©, j’ai eu un peu de mal a rentrer dans le cƓur de l’histoire. Peut-ĂȘtre parce que c’est une auteure anglaise et dont je n’ai pas l’habitude de lire ces romans ? Ou peut-ĂȘtre Ă  cause du vouvoiement utilisĂ© entre les personnages ? Je n’aime guĂšre les personnages utilisant ce style de langage. MalgrĂ© que je n’ai pas pu apprĂ©cier l’histoire Ă  cause de plusieurs facteurs, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprĂ©cier lire un roman provenant d’une auteure britannique, cela Ă  Ă©tĂ© une bonne expĂ©rience. Le contexte de l’histoire se passant pendant l’Empire napolĂ©onien me plaĂźt beaucoup, surtout du point de vue des Anglais, qui appellent NapolĂ©on Ier : le tyran corse.

Ma note :

6/10

Malheureusement, je n’ai pas apprĂ©cier le roman comme je le pensais.

Mais les goûts et les couleurs sont différents selon les personnes.

 ❀

Sauve-moi – Guillaume MUSSO

sauve-moi-343709

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 528 pages

Année de parution : 2005

Résumé :

Juliette, française de 28 ans, multiplie les petits boulots. Sam, new-yorkais de 30, pĂ©diatre. Rien ne disposait Ă  ce qu’ils se rencontrent sur Broadway. Le temps d’un week-end, c’est le coup de foudre. Mais lorsqu’elle doit repartir pour Paris, la mauvaise nouvelle tombe : l’avion dans lequel elle a embarquĂ© une demi-heure plus tĂŽt a explosĂ© en plein vol. Sam voit son monde s’Ă©crouler, mais il est loin de doutĂ© que leur histoire est loin de prendre fin.

Citations :

 « Jamais il n’avait eu le courage de lui avouer son amour. Certains jours, il pensait qu’elle Ă©tait amoureuse de lui, mais comment en ĂȘtre certain ? Surtout, il ne se sentait pas de taille Ă  supporter un refus. Il l’aimait trop pour ça. »

« EmportĂ©e par une vague de mĂ©lancolie Ă©vanescente , elle comprend qu’elle est dĂ©jĂ  en train de se fabriquer des souvenirs qu’elle portera en elle pendant longtemps.
Elle sait qu’elle n’oubliera jamais rien de lui, ni la forme de ses mains, ni le goĂ»t de sa peau , ni l’intensitĂ© de son regard. »

« L’amour tourmente et fait souffrir; l’amour n’est qu’un soleil trompeur, une drogue qui nous empĂȘche de voir le rĂ©el. Nous croyons toujours aimer quelqu’un pour ce qu’il est, nous n’aimons en fait, Ă  travers lui, que l’idĂ©e de l’amour. »

 

Mon avis :

C’est la seconde fois que je lis un roman de Guillaume Musso. Encore une fois, j’ai Ă©tĂ© conquise par le fond de l’histoire. L’intrigue est parfaite en tout point, l’histoire de chacun des personnages, les environnements opposĂ©s dans lesquels les personnages ont Ă©voluĂ©s avant leur rencontre.

Les citations choisis Ă  chaque dĂ©but de chapitres sont toujours aussi parlante pour ma part. Ce n’est peut-ĂȘtre que le second roman que je lis de Guillaume Musso, mais je n’ai pas Ă©tĂ© déçue par sa plume. et il me tarde de commencer Ă  lire un nouveau roman provenant de cet auteur.

Ma note :

Encore et toujours 10/10 pour les romans de Guillaume Musso .

 ❀

La Vague – Todd STRASSER

index

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 224 pages

Année de parution : 2009

Résumé :

Dans le cadre d’un cours pour faire comprendre le mĂ©canisme du nazisme, un professeur propose Ă  titre expĂ©rimental de crĂ©Ă© un mouvement avec un slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la CommunautĂ©, la Force par l’Action. » mais en l’espace de quelques jours l’expĂ©rience tourne mal, les Ă©tudiants se prennent au jeu et le leader dĂ©signĂ© par les Ă©lĂšves se prend lui-mĂȘme au jeu. Mais ne contrĂŽlant plus son propre jeu, cela tourne Ă  la dictature et se retournant contrĂŽle lui.

Citations :

 » Si l’histoire est condamnĂ©e Ă  se rĂ©pĂ©ter, alors vous aussi, vous voudrez tous nier ce qui vous est arrivĂ© dans la vague. En revanche, si notre expĂ©rience est rĂ©ussie, et vous admettrez que c’est bien le cas, vous aurez appris que nous sommes tous responsables de nos propres actes et que nous devons toujours rĂ©flĂ©chir sur ce que nous faisons plutĂŽt que de suivre un chef aveuglĂ©ment;
et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez Ă  un groupe de vous dĂ©possĂ©der de vos libertĂ©s individuelles. »

« Si le destin des hommes Ă©tait de suivre un chef, raison de plus pour que ses Ă©lĂšves retiennent cette leçon : il faut toujours tout remettre en question, ne jamais faire confiance aveuglĂ©ment Ă  quelqu’un. Autrement… »

 

Mon avis :

C’est la premiĂšre fois que je lis ce livre. Etant basĂ© sur des faits rĂ©els, je me suis prise au jeu en le lisant d’une traite tellement j’ai accrochĂ© Ă  l’histoire. TrĂšs court, Ă  lire, mais trĂšs bien Ă©crit. Quand le jeu tourne mal, les consĂ©quences sont forcĂ©ment plus grandes.

AprĂšs avoir lu le livre, je pensais intĂ©ressant de voir le film dans la mĂȘme journĂ©e mais j’ai Ă©tĂ© trĂšs déçue de voir que la fin du livre ne soit pas identique au film. La fin du film est bien plus marquante que celle du livre. Mais pour ne pas spoiler, la fin du film, on assiste Ă  la mort d’un Ă©lĂšve qui a prit le jeu trop Ă  cƓur.

Le fait que le roman soit basĂ© sur des faits rĂ©els est trĂšs attractifs, on cherche Ă  comprendre comment en si peu de temps un seul individu a pu faire « un lavage de cerveau » Ă  ces propres Ă©lĂšves sur une pĂ©riode trĂšs brĂšve de seulement cinq jours?

Ma note :

Seulement 7/10 pour le film qui m’a beaucoup déçu.

Et 9/10 pour le livre que je trouve trĂšs bien mais un peu trop diffĂ©rent du film. ❀